Du papier à l'écran : la révolution 3D

24 août 2015   by Yanis Azze
Back
Depuis le 20ème siècle, l’écran nous a imposé une façon de penser analogue au papier, c’est-à-dire plate et limitée dans un rectangle figé. Il en résulte que la façon dont nous concevons l’information, les médias et surtout les interfaces web, est elle aussi restée plate, limitée, et souvent figée.

Même si des langages développés récemment comme le HTML5 permettent d’intégrer de l’animation dans les pages web, celui-ci est très peu optimisé et est limité dans ses possibilités, tandis que le besoin d’interagir avec l’interface fait que la vidéo n’est pas non plus une solution adéquate pour donner vie au web.


"Sans quitter son navigateur, l’utilisateur peut désormais accéder à une expérience 3D"


Mais depuis l’intégration du standard 3D OpenGL au web, appelé WebGL, le navigateur internet se retrouve désormais doté de la même capacité que l’OS à utiliser le processeur et la carte graphique pour afficher de la 3D. Ainsi, sans quitter son navigateur, l’utilisateur peut désormais accéder à une expérience en 3D.  Si des mini-jeux similaires aux jeux flash du début des années 2000 viennent à l’esprit aussi bien que des sites web expérimentaux artistiques, la portée de la 3D dans le navigateur est bien plus large : il y a plus d’utilisateurs de navigateurs Internet toutes plateformes confondues (environ 3 milliards) avec le web et ses standards comme langage commun, que n’importe quel autre système d'exploitation, logiciel ou plateforme. Le navigateur est devenu la fenêtre privilégiée d’accès à l’information, à la communication, aux médias (photos, vidéos, musiques, etc.) et de plus en plus aux logiciels web intégrés comme Google Docs, Evernote ou Microsoft Office...

A world of change
On peut alors imaginer que le 
navigateur devienne aussi l’interface de choix y compris pour les expériences ou les logiciels 3D.

 
"L’intégration de la 3D au web permet de créer des interfaces mais aussi des modèles réels et physiques de produits“ 


Et les implications sont encore plus larges : alors que les images sont figées, et que la vidéo n’est pas interactive, l’intégration de la 3D au web permet de créer des interfaces mais aussi des modèles réels et physiques de produits, qu’il s’agisse d’automobile, d'immobilier ou encore de prêt-à-porter, avec la possibilité de les examiner sous tous les angles mais aussi de les personnaliser en temps réel. 

LG Watch Urban

Les utilisateurs peuvent donc désormais interagir de manière beaucoup plus fluide, réaliste et personnelle avec les objets proposés ou exposés, tandis que l’interface web devient un véritable espace virtuel, à l’image de la marque, de son créateur ou bien de lieux réels traduits en 3D comme une boutique, un showroom ou même un paysage de publicité.
logo ultranoir
logo ultranoir